Retours mission terrain : Les enfants au cœur du village

Lors de leur mission en Inde en mars 2019, Julien et Gemma (administrateurs de Kynarou) ont visité l’école du village Ayanarpuram et ont rencontré Meena, éducatrice Kynarou. Voici leur témoignage…

 

Les enfants représentent le maillon le plus important avec les femmes. Ce sont eux qui portent la parole et le message de l’hygiène à la maison, dans la famille, pour appuyer le discours des femmes. De ce fait l’éducation et la sensibilisation à l’école sont fondatrices et fondamentales. Qui transmet ces messages d’hygiène ? Le constat est que dans les communautés Dalit des principaux villages concernés par les projets Kynarou, 90% des adultes sont illettrés, donc ont peu, voir aucun accès aux informations et aux connaissances autres que celles diffusées par la télé ou la radio. L’école représente un levier de développement phénoménal pour aujourd’hui et un potentiel d’amélioration des conditions de vie pour les prochaines générations.

 

Les professeurs sont clés dans ce processus de sensibilisation, et les coordinatrices Kynarou lancent et accompagnent ces actions dès le début du projet. Meena, est déjà dans les écoles avant même la pause de la première pierre des fondations des toilettes ou des stations d’épuration d’eau. Meena intervient donc directement auprès des élèves de 4 à 10 ans dans les écoles des villages.  Entre 15 et 30 élèves échangent avec Meena sur les bonnes pratiques liées à l’eau potable : se laver les mains, se brosser les dents, … Et sur les résultats comme la baisse des fièvres, des maladies infectieuses (résultats ensuite contrôlés dans le dispensaire et l’hôpital correspondant au village). Un programme pédagogique créée et développé par Kynarou, puis Meena, permet d’accompagner les phases du projet pas à pas, du début jusqu’à la fin du projet. L’intervention dans les écoles dure entre 2 et 3 ans.

 

La classe d’école est un système représentatif de celui du village qui favorise l’apprentissage.  En accord avec le professeur, Kynarou propose de reproduire certains aspects du fonctionnement du village pour la maintenance des toilettes. Dans la majorité des villages, c’est le comité de femme qui s’occupe de la maintenance et de la propreté des toilettes. Dans la classe d’école, un groupe de 3 à 5 enfants est en charge de la maintenance et de la propreté du filtre à eau. Ce projet leur permet de prendre un rôle fondamental dans la pérennité de l’hygiène liée à l’eau potable, ce qui constitue un des principaux objectifs des missions Kynarou (développer l’autonomie des villages sur les systèmes installés par Kynarou). Les enfants sont donc responsabilisés et acteurs dès leur plus jeune âge. Il semble donc assez naturel que tous ces enfants garderont ces notions d’hygiène et de responsabilités, puis les transmettront. Ce travail de sensibilisation et d’éducation s’inscrit sur du court-moyen terme (utilisation puis maintenance des installations) et sur du long terme (préparation des prochaines générations).

   Une classe primaire, village de Marikundu, projet WATSAN

 

Meena en tant que coordinatrice sociale, est en contact à la fois avec les écoliers, professeurs et avec les comités de femmes, ce qui permet d’accompagner la globalité des protagonistes du projet. L’accompagnement structurel des personnes ainsi que la pédagogie sont 2 éléments-clés. La notion de lenteur et d’apprentissage par étape (lié avec les étapes de construction des toilettes ou des filtres à eau potable) sont aussi fondamentaux au développement et au succès du projet.

                            Meena, notre coordinatrice sociale

 

Dans le travail avec les enfants, le professeur est un relais qui permet une continuité et un approfondissement de la sensibilisation et de l’intégration des bonnes pratiques au quotidien. Meena intervient 1 à 2 fois par semaine, le professeur peut ensuite relayer et développer les messages tous les jours. Lors de notre visite, nous avons eu la chance de rencontrer quelques professeurs qui ont partagé certaines de leurs pratiques. Lors de la visite de la première école, nous avons eu la chance de remettre des prix pour un concours de dessin qui avait pour objectif de dessiner les avantages de l’eau potable dans le village. Dans un autre village, un autre professeur utilise lui aussi le dessin. Il a fait le choix de développer une pédagogie adaptative avec pour objectif de s’adapter à chaque mode de compréhension et de fonctionnement des enfants. Étant artiste peintre, il affectionne le dessin mais pas que. Ils utilisent d’autres supports comme les marionnettes qu’ils mettent en scène autour des thèmes d’actualités, et aussi la musique et la danse. C’était absolument fantastique de rencontrer ce professeur avec cette étincelle créative et cette envie de s’adapter, d’innover et d’avancer. Lorsque nous lui avons demandé d’où tirait-il cette inspiration et ces idées, il nous répondit dans l’art et l’imagination, mais aussi dans les travaux de Montessori ! Ce professeur enseigne dans un village de 75 familles avec une classe de 26 élèves et les accompagne avec cette énergie et cette envie de changer le monde. Ce fut un de ces moments magiques ! La rencontre avec Perunjsithiran et avec sa classe restera gravée dans nos mémoires.

 

             Perunjsithiran, professeur émérite et si passionné

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *